Est-ce que le CBD est psychoactif ?

Lorsque les gens entendent parler du CBD, l’une des premières choses qui leur vient à l’esprit est que le cannabidiol est psychoactif au même niveau que les autres cannabinoïdes, notamment le THC. Mais ce n’est pas le cas. En fait, la réponse à cette question n’est pas si évidente. C’est pourquoi nous devons bien comprendre cette question. Peut-on considérer que le CBD est une substance psychoactive ? Ou plutôt, peut-on dire qu’elle n’est pas psychoactive ? Le débat entre les différents points de vue pourrait se poursuivre encore et encore, mais nous avons décidé qu’il était temps de tourner la page. Cet article de blog aborde la question de ce qu’est la psychoactivité, si le CBD est psychoactif ou non, et ce que les scientifiques en pensent.

Définir le terme “ psychoactive ”

Si vous pensiez que la psychoactivité n’a qu’une explication, nous allons vous surprendre. L’une des raisons de la confusion qui règne autour de ce sujet est qu’il n’existe pas de vision commune de la signification du terme “psychoactif”. Dans la section suivante, nous allons aborder les deux points de vue les plus courants sur le terme “psychoactivité” : celui du THC et celui du chocolat. Nous soulignerons également les différences entre les deux et indiquerons où se situe le CBD entre les deux.

Psychoactivité du type THC

La première explication de la psychoactivité du CBD est la “psychoactivité du type THC”. Le concept derrière la psychoactivité de type THC est celui d’une drogue ou d’une autre substance qui peut avoir un impact significatif sur la fonction cérébrale, le comportement, l’humeur ou les sentiments. Certaines de ces substances peuvent créer une forte dépendance, provoquer une intoxication et être tout simplement néfastes pour le bien-être général. Dans ce cas, certaines d’entre elles font l’objet de restrictions ou sont carrément interdites dans de nombreux pays. La nicotine, l’alcool, l’héroïne, la cocaïne et les analgésiques puissants sont des exemples de ces substances. Certaines personnes ajouteraient également la marijuana à cette liste, car elle contient des niveaux élevés de THC et peut provoquer “l’effet d’entourage”. Les substances psychoactives de type THC sont souvent associées à des délires et des hallucinations et sont considérées comme synonymes de “psychotropes”. Une substance psychotrope est quelque chose qui affecte l’état mental d’une personne, sa perception du monde et son sens de la réalité. Si le CBD peut aider une personne à se sentir moins inquiète, il ne change pas la réalité.

Donc, le CBD est-il psychoactif au même titre que le THC ? La réponse est “non”. Le rapport d’examen critique sur les cannabinoïdes, publié par l’Organisation mondiale de la santé, indique ceci : “À ce jour, il n’existe aucune preuve substantielle permettant de déterminer si le (+)-CBD est susceptible de provoquer des effets psychoactifs similaires à ceux du THC. ” Il semble que la discussion devrait s’arrêter là, mais tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, car les scientifiques confirment que le CBD interagit effectivement avec nos récepteurs cérébraux. Il peut également modifier notre humeur ou nos sentiments. C’est pourquoi nous devons examiner l’autre interprétation du terme “psychoactif”.

Psychoactivité du type chocolat

Si on regarde l’autre point de vue, on constate que les substances psychoactives sont plus courantes qu’on ne pourrait l’imaginer. Et si nous vous disions que le chocolat, l’ail, certains poissons, les piments ou le pain de seigle peuvent en fait affecter votre esprit en interagissant avec les cellules nerveuses du cerveau ? Êtes-vous surpris ? Ces produits que l’on trouve facilement dans les épiceries peuvent affecter la température de notre corps ou modifier les niveaux de libération de certains produits chimiques.

Mais bien sûr, nous ne parlons pas ici d’hallucinations ou de ce que l’on appelle “l’effet d’entourage”, car le taux d’éléments actifs interagissant avec notre cerveau est si faible qu’il ne provoque quasiment aucune modification substantielle du comportement ou n’interrompt pas l’exécution d’une tâche. Nous ne pouvons pas dire à quelqu’un qu’il ne doit pas conduire parce qu’il a mangé trop d’ail ou de chocolat. Nous aurions certainement l’air fou. En revanche, si une personne consomme une énorme dose de THC, boit une boisson alcoolisée ou prend des analgésiques susceptibles de provoquer des étourdissements ou une grande fatigue, il n’y a rien de mal à lui conseiller de ne pas conduire. Si vous êtes intéressé par le sujet de la conduite en prenant du CBD, vous pouvez trouver les réponses aux questions qui vous intéressent en lisant l’un de nos articles sur le sujet.

Si certaines personnes considèrent que ces deux concepts font partie du spectre de la psychoactivité, d’autres sont plus catégoriques et refusent cette classification. Ces derniers sont également susceptibles de conclure que le CBD est effectivement une substance psychoactive. Pour examiner ce point de vue de manière plus approfondie, examinons certains des arguments qui le soutiennent.

Le CBD peut affecter les fonctions cérébrales

Le point clé de cette section est l’interaction du CBD avec le système endocannabinoïde ou SEC. Les récepteurs SEC sont une partie essentielle du système endocannabinoïde, et beaucoup d’entre eux sont centrés dans la zone du cerveau qui est riche en neurotransmetteurs et en récepteurs. La capacité du CBD à se nouer à de divers récepteurs cérébraux est souvent considérée comme l’explication possible de ses effets positifs sur les conditions liées à l’humeur et à la psychiatrie (sont parmi les principaux : l’activité anxiolytique, la liaison aux récepteurs de la dopamine, l’augmentation des niveaux de glutamate et de sérotonine, la stimulation de la neurogenèse et la réduction des symptômes du TDAH). Vous trouverez plus d’informations intéressantes sur ce sujet dans notre article sur l’interaction possible entre le CBD et le cerveau.

Le CBD peut affecter l’humeur

Comme le chocolat, le CBD peut interagir avec les récepteurs de la sérotonine. Mais comment est-ce possible ? Le CBD activerait directement le récepteur de la sérotonine 5-HT1A (hydroxytryptamine), produisant ainsi un effet calmant. Ce récepteur à protéine G est impliqué dans un certain nombre de processus biologiques et neurologiques, notamment l’anxiété, la dépendance, l’appétit, le sommeil, la perception de la douleur, les nausées et les vomissements. En plus, il peut interagir avec d’autres récepteurs qui produisent des hormones dites ” du bonheur “, entraînant des altérations de l’humeur. De multiples études ont enregistré les possibles effets antidépresseurs du CBD après l’activation de certains récepteurs chez les souris. Ces résultats ont donné espoir aux scientifiques du monde entier de pouvoir développer de nouveaux médicaments à base de CBD pour traiter la dépression et d’autres troubles psychiatriques graves. Malheureusement, les résultats actuels ne sont pas suffisants, mais il est certain que ce domaine d’étude recevra de plus en plus d’attention de la part de la communauté médicale par la suite.

Ainsi, le CBD peut être considéré comme psychoactif. Dans ce cas, de nombreux producteurs de produits CBD se trompent lorsqu’ils déclarent que leurs produits contenant du cannabidiol ne sont pas psychoactifs, car ils ne savent pas comment interpréter correctement le terme “psychoactif”.

En complément, n’oubliez pas que nous sommes tous différents et que nos corps ont leurs propres caractéristiques, notamment leur propre métabolisme. Par conséquent, la consommation de CBD peut amener certaines personnes à ne pas remarquer de changements notables dans leur humeur ou leurs sentiments. Il est donc très important de consulter votre médecin avant de consommer de tels produits.

CBD et le THC en tandem

Comme nous avons pu le découvrir précédemment, même si les cannabinoïdes les plus populaires – le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC) – sont différents, ils peuvent agir ensemble. Selon une étude, le THC et le CBD peuvent avoir des effets thérapeutiques synergiques lorsqu’ils travaillent en parallèle. Le CBD et le tétrahydrocannabinol (THC) ont des structures moléculaires similaires, mais le CBD ne stimule pas directement les récepteurs CB1 et CB2, les récepteurs cannabinoïdes canoniques, comme le fait le THC. Au contraire, le CBD peut se garer sur un site d’amarrage différent sur CB1 qui est fonctionnellement distinct du site de liaison orthostérique du THC. Le CBD peut se fixer sur ce que l’on appelle un site de liaison “allostérique” sur le récepteur CB1.

En ce qui concerne les produits CBD, on peut trouver la synergie unique de ces deux éléments dans les produits CBD à spectre complet, car ils contiennent à la fois du cannabidiol et du tétrahydrocannabinol. Comme l’indique cette étude, la combinaison des deux éléments dans le CBD à spectre complet peut le rendre plus efficace contre la douleur que l’isolat de CBD. Les scientifiques essaient toujours de comprendre comment les deux éléments fonctionnent ensemble et si les effets sont compatibles avec ceux des éléments isolés de CBD, alors espérons que nous aurons les résultats de ces nouvelles recherches très bientôt.

Si le CBD peut être considéré comme psychoactif, est-ce dangereux de le consommer ?

Chaque pièce de monnaie a deux côtés, et la consommation de CBD n’est pas non plus un jeu à sens unique. La question qui se pose est de savoir s’il est dangereux de consommer des produits contenant du cannabidiol. Ceci n’est qu’un aspect plus large de la question de la consommation de CBD. Tout d’abord, la chose la plus importante à prendre en compte est les effets secondaires possibles. Les principaux sont la somnolence, les problèmes gastro-intestinaux, la bouche sèche, les nausées, les dommages au foie, les changements de vigilance, la perte d’appétit, la diarrhée, les maladies pulmonaires et les interactions entre médicaments. Il est également important de rappeler que la probabilité de chaque effet secondaire peut varier en fonction de la méthode de consommation particulière, par exemple par voie orale, sublinguale, par inhalation, par ingestion, par voie cutanée.

Selon l’étude, le CBD est bien toléré par tous les groupes d’âge. Cependant, il doit être consommé avec modération. Là encore, il est très important de donner la priorité à votre sécurité. Consulter votre médecin peut être très utile pour comprendre la posologie de départ qui pourrait convenir aux particularités de votre corps. En outre, gardez à l’esprit qu’aucune recherche approfondie n’a été menée sur les effets à long terme de la consommation de CBD, et que d’autres recherches sont nécessaires pour prouver les véritables bienfaits du cannabidiol.

Pour finir

Alors, quelle est la réponse à la question posée dans le titre ? “Oui, mais pas dans la même mesure que le THC”. Le point de confusion principal concernant le niveau de psychoactivité du CBD réside dans une mauvaise compréhension des termes “psychoactif” et “psychotrope”. Les substances psychoactives affectent l’esprit, tandis que les substances psychotropes concernent un état mental.

Le CBD est effectivement psychoactif. La possibilité d’une influence légère et d’une myriade d’effets sur notre cerveau ou notre système immunitaire a été mentionnée à plusieurs reprises dans des études et au cours d’essais cliniques. Un autre point est de savoir à quel point le CBD est psychoactif. Puisque nous sommes maintenant arrivés à la vérité, sachez que lorsque vous entendez quelqu’un mentionner que le CBD n’est pas psychoactif, il veut probablement dire “pas psychoactif comme le THC”. C’est tout pour aujourd’hui. N’oubliez pas de suivre notre blog pour d’autres contenus fascinants sur le CBD et le monde du CBD. Si vous avez des questions à poser à notre équipe de professionnels, n’hésitez pas à demander de l’aide. Nous sommes toujours à votre disposition pour vous aider.

Sources:

  1. Cannabidiol (CBD) Critical Review Report (https://www.who.int/medicines/access/controlled-substances/CannabidiolCriticalReview.pdf)
  2. Evaluation of anxiolytic activity of the essential oil of the aerial part of Foeniculum vulgare Miller in mice (https://bmccomplementmedtherapies.biomedcentral.com/articles/10.1186/1472-6882-14-310)
  3. The Impact of Cannabidiol on Human Brain Function: A Systematic Review (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33551817/)
  4. Cannabidiol is a partial agonist at dopamine D2High receptors, predicting its antipsychotic clinical dose (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5315552/)
  5. Antidepressant-like effect induced by Cannabidiol is dependent on brain serotonin levels (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29885468/)
  6. Cannabinoid receptor CB1 mediates baseline and activity-induced survival of new neurons in adult hippocampal neurogenesis (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2898685/)
  7. Subtypes of Attention Deficit-Hyperactivity Disorder (ADHD) and Cannabis Use (https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/10826084.2013.841251)
  8. CBD Oil for ADHD in Children and Adults: Does It Work? (https://www.healthline.com/health/adhd/cbd-oil-for-adhd)
  9. Effectiveness of Cannabidiol oil in the management of ADHD and its co-morbidities: Review of the evidence (https://adc.bmj.com/content/105/Suppl_1/A228.1)
  10. Cannabidiol modulates serotonergic transmission and reverses both allodynia and anxiety-like behavior in a model of neuropathic pain (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6319597/)
  11. It’s Time To Set The Record Straight – CBD Is “Psychoactive” (https://www.mondaq.com/unitedstates/food-and-drugs-law/809252/it39s-time-to-set-the-record-straight-cbd-is-psychoactive)
  12. Side Effects of CBD Oil: What Are the Risks? (https://marryjane.com/blog/side-effects-of-cbd-oil-what-are-the-risks/)
  13. Dosage, Efficacy and Safety of Cannabidiol Administration in Adults: A Systematic Review of Human Trials (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7092763/)
Other intersting reading
Bulletin d’informations sur le CBD du 2 Avril 2021
Bulletin d’informations hebdomadaire : 13 août 2021
Les effets secondaires de l’huile CBD: Quels sont les risques?